Je passe une journée à Tsetserleg. Jusqu'à midi on ne pas dire que c'est la grande forme, je tente une sortie vers un internet shop et retourne péniblement me coucher. Doliprane, Ultra Levure, Riz, Coca et hop, me revoilà debout, l'oeil vif et les urines relativement claires.

Je décide vers 15h de remettre le thermostat. Comme je ne sais plus empiler correctement le légo des differentes pièces de la chose je retourne à l'internet café avec la clef USB contenant le manuel de la moto. 1h30 pour télécharger adobe player et je peux enfin ouvrir le doc. Pas d'imprimante, je fais des petits dessins. Je retourne voir Bleuette et attaque l'opération. Ca va quand même m'occuper un long moment sous l 'oeil des badauds. Chaque averse m'oblige au repli stratégique. Ca y est, c' est fini. Je retourne m'allonger, fatigué mais plein d'espoir.

A la télé, l'épopée de genghis Khan, film Chinois avec de belles images tournées en Mongolie. Comment a t il pu conquérir le plus grand de tous les empires en partant de cet océan mongol si rude, si démuni ?

Jeudi, je quitte donc Tsetserleg curieux de ce que va me dire la diode. 30 km et la revoilà qui s 'allume. Je dois préciser que trois fois depuis que je suis en Mongolie, mon radiateur a craché de l'eau et je prends quand même la sonde un peu plus  au sérieux depuis. J'ai un thermomètre dans le cerveau désormais et je sais comment réagit Bleuette au relief, à la vitesse, au revêtement, au régime moteur.

50 km de goudron en bon état, voila de quoi faire un bon test. J'accelère, 90 km/h....100km/h, la diode s'éteind. Avec ou sans thermostat, à plus de 75km/h le moteur ne chauffe pas. en dessous de 40km/h sans forcer la machine, il tient aussi. Il faudra dorénavant faire avec. J'ai beau me remuer les méninges dans tous les sens, je ne comprends pas. Tant pis. J'ai tout essayé cette fois.

Me voila à Karakorum. L'ancienne capitale du Khan.

Là se trouve un des plus grands et plus anciens temples boudhistes de Mongolie. L'enceinte est immense. Il semble que plusieurs Dalai lama y aient séjourné. A l'intérieur, une vaste étendue d'herbe entoure les batiments. Des moines lisent des textes écrits sur de vieux bouts de papier noircis.

Mongolie 430

Je m'allonge dans l'herbe et rêvasse un long moment.

J'accroche l'écharpe de maman au milieu de l'enceinte, elle même au milieu de la Mongolie. Je déchire le petit bout dans lequel est cousue la médaille de la vierge et le garde dans ma sacoche de réservoir.

Il est temps pour moi de songer à me poser pour la nuit. Je longe une petite vallée sur 15 km, avise un promontoir et plante la tente au sommet. Un aigle, posé là, se laisse approcher jusqu'à une dizaine de mètres puis s'envole.. Malgré cet aspect désertique autour de moi, je compte 28 yourtes éparpillées dans les replis des collines environnantes, dans un rayon de 5 a 6 km. Je suis seul mais pas totalement. Je sais que déjà, tous les chefs de famille m'observent avec leur longue vue monoculaire. Un petit point noir quitte une yourte, il se déplace vers moi. 20 mn plus tard, le cavalier arrive. Nous nous présentons, je lui propose du thé. Il m explique que le carré pierreux de 5m sur 5 à côté duquel je viens de planter ma tente est un endroit important. Je constate alors qu'il y a du y avoir un jour un petit batiment en pierre ici. Il me fait comprendre que je dois dormir au milieu du carré. C'est impossible, au mileu de tous ces cailloux. Il repart. Je le suis des yeux jusqu'à ce qu'il redevienne petit point noir sur l'herbe. Je passe ma veillée assis sagement au milieu du carré puis vais me coucher à deux mètres de là, sous ma tente. Ma colonne vertébrale apprécie.

Mongolie 447

Mongolie 452 - Copie

Je vais me rapprocher aujourd hui vendredi à une centaine de km de UB.

Pour le lecteur qui s inquiéterait de la traversée du désert de Gobi, quelques précisions : De UB à la frontière chinoise, il y a 750 km. Les 250 premiers sont goudronnés jusqu'à Choyr. Restent 500 qui longent plus ou moins la voie ferrée du transmongolien, train qui relie UB à Pékin. Avec un village tous les 100 km, ça devrait bien se passer. J'ai vu sur internet que des cyclistes l'ont fait l'année dernière. La route était en travaux à l'époque sous la houlette des chinois. On peut imaginer que la partie difficile va consister en deux ou trois cent km. A suivre...

Cela reste quand même trés jouable... Dormez tranquilles.